Revues de presse

Mardi 07 mai 2019

MPAEM – ATELIER DE VALIDATION DES INFORMATIONS SUR LES NAVIRES DE PÈCHES, LES NAVIRES FRIGORIFIQUES ET LES NAVIRES D’AVITAILLEMENT BATTANT PAVILLON GUINÉEN DESTINES AU FICHIER MONDIAL DE LA FAO

La salle de conférence du Ministère des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Économie Maritime a abrité ce mardi 07 mai 2019, l’atelier de validation des informations sur les navires de Pêches, les navires frigorifiques et les navires d’avitaillement battant pavillon guinéen destinés au fichier Mondial de la FAO. Cet atelier qui réuni une vingtaine de participants avait pour objectif d’injecter des données validées des navires battant pavillon guinéen dans le fichier mondial des navires de pêches et activités et activités connexes de la FAO.

Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a mis en place un outil de lutte contre la Pêche INDNR dit « Fichier mondial des navires de pêches, des navires frigorifiques et des navires d’avitaillement ». Ce dispositif qui se veut d’être un point d’accès unique pour des informations claires et certifiées sur les navires utilisés pour la pêche et les activités connexes doit être alimenté en données par les États des pavillons correspondant lesdits États de pavillon sont les seuls responsables des informations téléchargées dans le fichier.

Chaque armateur vérifiera la conformité des données de ses navires figurant dans le Template du fichier mondial.

Décret : Saramady Touré nommé ambassadeur en Chine

09 Avril 2019

Selon le contenu d’un décret lu à la RTG ce mardi 9 avril, Saramady Touré, précédemment ambassadeur de Guinée, au Canada, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en Chine.

Ancien ministre de l’Environnement et secrétaire permanent du parti au pouvoir, ça fait plus de 4 ans qu’il assumait les fonctions d’ambassadeur dans la région de la capitale nationale du Canada.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

22 janvier 2019

Prestation de serment du député Charles Fall à New York : ce qu’a dit l’ambassadeur Fatoumata Kaba…

Des Guinéens venus de partout aux Etats-Unis, à leur tête l’ambassadeur représentant permanent de la Guinée à l’ONU, Madame Sidibé Fatoumata Kaba, ont assisté à la prestation de serment de l’afro-américain d’origine guinéenne Charles Dialor Fall, élu député de Staten Island à l’Assemblée de l’Etat de New York.

La cérémonie de prestation a réuni plusieurs hautes personnalités notamment le maire de New York, le contrôleur général et plusieurs démocrates du congrès américain.

La Banque Islamique de Développement (BID) et la République de Guinée ont signé un financement de 16,25 millions USD pour stimuler la production de riz par le biais du Programme de la chaîne de valeur du riz. La cérémonie de signature s’est déroulée à Conakry, capitale de la Guinée, au cours de la deuxième étape d’une visite officielle en Afrique de l’Ouest du président de la BID, le Dr Bandar Hajjar. Au cours de sa visite, M. Hajjar a participé à une grande conférence régionale sur le Waqf (dotation) et a eu des entretiens bilatéraux avec le président Alpha Condé.

Le financement fourni par la BIsD fait partie des efforts de la banque pour appuyer le Plan national de développement social et économique de la Guinée (PNDES). Le programme régional de la chaîne de valeur du riz est un programme régional de 10 pays qui renforcera la capacité des pays membres de la BID à renforcer le secteur agricole et à atteindre l’autosuffisance en matière de production alimentaire.

L’objectif principal du projet est de contribuer à réduire le taux élevé d’importation de riz en Guinée, à renforcer la croissance économique grâce à l’amélioration de la production et de la productivité de manière durable, à la transformation et à la commercialisation, et à renforcer la participation du secteur privé. Une fois achevé, le programme devrait permettre à la Guinée d’augmenter sa production de riz de 25 % et d’atteindre son autosuffisance en production de 69 % à 85 %.

Le programme de la chaîne de valeur du riz est conforme au nouveau modèle commercial de la BID qui a été introduit par M. Hajjar dans le cadre du programme quinquennal du président (P5P) qui envisage l’action de développement de manière globale en faisant participer le secteur privé, les instituts de recherche et les organisations non-gouvernementales. Le financement de la BIsD comprend un prêt de 2 millions de dollars US du Fonds de solidarité islamique pour le développement, la branche de lutte contre la pauvreté de la BIsD ; subvention de 5,32 millions de dollars EU du fonds « Lives and Livelihoods (LLF) » et 300 000 dollars d’assistance technique.

Outre le financement fourni par la banque, la BID a collaboré avec le gouvernement guinéen pour organiser une conférence régionale sur le Waqf (dotation). La BID a réuni au moins 45 investisseurs de différentes régions du monde à la conférence dans le but que la banque aide la Guinée à mobiliser des ressources et à les canaliser à des fins de développement. BIsD possède l’une des plus grandes installations de Waqf en Guinée. Le projet

Waqf- BIsD a grandement contribué à améliorer le système éducatif du pays et à renforcer les capacités des écoles, à soutenir les orphelins et à améliorer les conditions de vie des pauvres.

La République de Guinée est l’un des membres-fondateurs du Groupe BID et a bénéficié d’un financement de 982 millions de dollars US au niveau du groupe.

 

Décès de la sœur aînée du président Alpha Condé Urgent- Décès de la sœur aînée du président Alpha Condé

La famille présidentielle est en deuil. Le président de la République Alpha Condé a perdu sa grande-sœur. Madame Dabo née Hadja Diaba Condé est décédée ce jeudi à Conakry des suites d’une longue maladie.

Ibrahima camara chargé de communication

 

Ministère de la Justice : Me Cheick Sako lance la première journée porte ouverte de la justice guinéenne

Lire plus sur http://mediaguinee.org/ministere-de-justice-me-cheick-sako-lance-premiere-journee-porte-ouverte-de-justice-guineenne/, Written by Mediaguinee, Copyright © Mediaguinee.org

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme, le ministère de la Justice a organisé ce mercredi 12 décembre la première journée porte ouverte de la justice en Guinée. Selon Me Cheick Sako, cet événement est une opportunité de présenter aux justiciables les reformes entreprises pour une justice indépendante, équitable, professionnelle, accessible, intègre et humaine.

Accueil En Guinee Societe Ministère de la Justice : Me Cheick Sako lance la première journée porte ouverte de la justice guinéenne Ministère de la Justice : Me Cheick Sako lance la première journée porte ouverte de la justice guinéenne MediaguineeDéc 13, 2018Societe0LIKE A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme, le ministère de la Justice a organisé ce mercredi 12 décembre la première journée porte ouverte de la justice en Guinée. Selon Me Cheick Sako, cet événement est une opportunité de présenter aux justiciables les reformes entreprises pour une justice indépendante, équitable, professionnelle, accessible, intègre et humaine. Dans son allocution, le ministre d’Etat à la justice, & Garde des sceaux, Me Cheick Sako, a annoncé qu’il ne faut pas fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme commises dans ce pays. Poursuivant, il dira que : « cette journée existe dans beaucoup de pays notamment dans certains pays voisins. Donc, il fallait penser à ça pour la Guinée. L’objectif recherché, est de rapprocher nos concitoyens à la justice. Au-delà des corps constitués, les citoyens guinéens peuvent toute la journée venir au ministère s’informer sur les procédures et les démarches à suivre. Les magistrats et les cadres du ministère sont là pour répondre à leurs inquiétudes. On a aussi fait un peu l’historique de ce qui a été fait de 1958 à 1984, de 1984 à 2008 de 2008 à 2010 et surtout depuis le début de la troisième République, les reformes qui ont été proposées par le président Alpha Condé ». Parlant des activités  réalisées, depuis son arrivée à la tête du Département de la Justice, l’ancien avocat de Montpellier  déclare que plusieurs institutions ont été mises en place : « le Conseil Supérieur de la Magistrature, le statut particulier des Magistrats, la création du Tribunal militaire, la création des maisons de justice et surtout le  renforcement de la chaîne pénale dont je suis trop fier, parce que  le renforcement de la chaine pénale permet de toucher directement les citoyens ».Pour lui, ces réformes ont permis « … de juger en temps réel beaucoup d’affaires criminelles par le nouveau code pénal voté en 2016. Nous avons jugé plus de quatre cent affaires criminelles en 2017 et là, en 2018, on sera à plus de cinq cent affaires. En fin décembre, on va donner les statistiques. Là c’est une avancée majeure qui a permis de réduire également les détentions préventives à excès. Il faut donner les moyens aux juridictions pénales pour que le citoyen qui se trouve devant cette juridiction, puisse faire valoir ses droits et même temps y répondre aux infractions qui lui aient reproché. Donc, ça c’est une fierté car les états généraux permettront d’expliquer tout ça aux acteurs qui vont venir ici. Cela est une première mais ça va continuer chaque année ».                                                                              Pour le représentant du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée, Patrice Vahard, la meilleure protection des droits de l’homme se fait au plan local. « Pour moi, je suis heureux de voir qu’il y a de la gouvernance dans le secteur de la justice parce qu’une société sans Etat de droit, sans justice forte et indépendante est une société qui a beaucoup de problèmes. Il faut de manière progressive parvenir à une situation où il y a la confiance entre l’administré et l’appareil judiciaire. C’est en ce moment que l’Etat de droit se réalise. Les gens ont le réflexe naturellement de ne pas prendre la justice pour leur compte et entre leurs mains. Je ne pense que cet effort-là que le garde sceaux essaie de faire de façon inlassable. Donc, nous, aux Nations-Unies, nous nous réjouissons d’abord de cette première journée porte ouverte tout en espérant que ça ne sera pas la dernière fois ». Par ailleurs, le président de la ligue guinéenne des droits de l’homme, Me Emmanuel Bamba, dira que : « cette initiative d’organiser la première journée porte ouverte de la justice est à saluer parce qu’elle va permettre aux justiciables d’avoir connaissance sur cette institution qui est méconnue par les populations »

Ibrahima camara chargé de communication

Boké: le Consortium SMB Winning paie plus de 4 milliards GNF aux communautés de Dabiss et Tanènè

Dans le strict respect du code minier guinéen et de ses responsabilités environnementales et sociales, le Consortium SMB Winning a procédé jeudi 13 décembre 2018 au paiement d’un montant global de 4 milliards 31 millions 75 mille 313 francs guinéens destiné à indemniser  deux (02) communautés issues des villages de Kindiw et Dicola et 29 personnes des sous-préfectures de Dabiss et Tanènè dans la préfecture de Boké. Selon le responsable des inventaires duConsortium SMB Winning, Djiba Kéita, «cette 17ème compensation  concerne la prise en charge des impactés ayant perdu leurs champs et plantations agricoles, des terres en jachères, pour l’agrandissement de la Mine ou l’exploitation des carrières latéritiques…»

L’objectif principal, selon lui, est  de « préparer l’après mine par le biais de la compensation ». Le montant communautaire, a-t-on indiqué, «se chiffre à 83 millions 420 mille francs guinéens.» Présidant la cérémonie, le directeur préfectoral de l’Agriculture (DPA) de Boké, Djibril Camara a  au nom des autorités préfectorales de Boké précisé : «Cela est devenue une tradition chez nous. Vous aurez droit à une formation pour savoir comment gérer les fonds que vous allez recevoir du Consortium SMB Winning.» « De tous nos constats », dit-il, «la plupart de ceux qui perçoivent de l’argent ne savent pas le gérer ou le gère très maladroitement. C’est pourquoi, le Consortium SMB Winning insiste sur la formation des bénéficiaires de la compensation communautaire.» Dans son exposé liminaire, le formateur du Bureau d’étude de l’Agence de Monitoring d’Expertise et de la Recherche Appliquée (AMERA-PLUS), Djouma Camara, a fait une large sensibilisation aux bénéficiaires sur la gestion rationnelle des fonds, en vue de préparer l’avenir de leurs enfants, au-delà de l’achat des motos et des mariages pompeux.

En ses termes, M. Camara a mis un accent particulier sur le module ‘’gestion économique et financière, planification des dépenses’’ pour aider les bénéficiaires à économiser leurs dus et mettre la société donatrice à l’abri de l’envahissement. De l’avis du porte-parole des communes rurales (CR) de Dabiss et Tanènè, Mamadou Samba Doumbouya, «la compensation doit aussi servir de moyens pour entreprendre des activités génératrices de revenus et préparer l’avenir des jeunes. La compensation c’est aussi, un conseil et un témoignage pour tous les bénéficiaires que nous sommes » a-t-il précisé. D’après Aboubacar Diallo, l’un des bénéficiaires, «Nous sommes très satisfaits du Consortium SMB Winning qui nous aide à gérer nos ressources. Les conseils sont bien compris et nous nous engageons à entreprendre des initiatives heureuses, notamment les activités génératrices de revenus, la réalisation des infrastructures de base, la construction des maisons en dur pour préparer l’après Mine.»

«Investir dans la formation académique des enfants, l’ouverture des boutiques et magasins, la construction et la mise en location des bâtiments, la prise en charge normale de la famille, l’aménagement des jardins de potage », sont entre autres projets futurs de la plupart des adjudicataires de la 17ème compensation du Consortium SMB Winning, payée en présence d’un huissier de justice.
Ibrahima camara chargé de communication